Elma, E. B. Aegisdóttir

Elma, de Eva Björg Aegisdóttir (IS), Editions de la Martinière, 2021

Synopsis :

Dans la petite ville d’Akranes, une femme est retrouvée morte près du phare.

Qui pouvait en vouloir à cette mère de famille sans histoires ? L’enquête est confiée à Elma, inspectrice, de retour après vingt ans passés à Reykjavik.

Aux prises avec ses propres démons depuis une rupture douloureuse, elle se retrouve plongée dans les plus sombres secrets de cette tranquille communauté.

Avis : 3.2/5

Personnages : 4/5
Décors : 4/5
Trame : 2/5
Emotion : 3/5
Globale : 3/5

Nouvelle auteure scandinave, Eva Björg Aegisdóttir a même attiré des critiques dithyrambiques de Ragnar Jonasson. Forcément, de nombreux lecteurs s’y attardent avec des avis bien divergents. 

Dans un premier temps, nous avons le personnage de Elma, inspectrice de la police, de retour dans sa ville natale de Akranes après vingt ans passés dans la capitale. Un fort caractère, un peu fleur bleue et fine psychologue, son premier rôle la met en avant sans pour autant la rendre inoubliable. Cruel manque de relief. Son collègue Saevar connaît le même manque de charisme, tout comme leur chef Hórdur. Finalement, l’autre personnage principal, Elisabet, est celle qui possède le plus gros potentiel et son élaboration demeure bien le centre de l’intrigue.
Magnea et ses beaux-parents Àsa et Hendrik possèdent également de bons attributs leur permettant de cacher ou de taire des informations précieuses à la police. 
L’essentiel des personnages est nettement travaillé vers le profil psychologie au détriment du physique. 

Tout le roman Elma se déroule en Islande et on savoure les nombreuses descriptions courtes et efficaces. Les villes de Reykjavik et Akranes sont en premier plan, on découvre l’aspect touristique qui gagne ces lieux depuis quelques années. 

Ce roman paraît davantage à classer dans la section “policier” que “thriller”. Un cruel manque de rythme freine l’enquête et sa progression, on devine rapidement les tenants et aboutissants et peu de surprises nous attendent. Ceci dit, le chassé-croisé passé/présent est bien amené et l’enfance d’Elisabet prend aux tripes. L’abnégation d’Elma et ses nombreuses interrogations nous invitent à pénétrer le jeu de l’enquête.
Finalement, la chute m’a laissé sur ma faim.

Les émotions pleuvent dans tous les sens et Eva Björg Aegisdóttir n’épargnent personne. La moralité perd de son importance face à la dramaturgie du passé, ce qui donne un imbroglio dans le message principal que l’auteure voulait nous faire passer. La froideur de la Scandinavie se fait ressentir durant chaque chapitre.

Elma est agréable à lire, l’écriture est belle et l’histoire intéressante à défaut d’être originale. Un bon livre, sans plus.