Le passager, J.-C. Grangé

Le passager, de Jean-Christophe Grangé (FR), Editions Albin Michel, 2011

Synopsis :

Je suis l'ombre. Je suis la proie. Je suis le tueur. Je suis la cible. Pour m'en sortir, une seule option : fuir l'autre. Mais si l'autre est moi-même ?...

Grangé a le chic, en construisant avec une minutie d'horloger son intrigue au long cours, de rendre crédible ce que son imagination débordante invente de façon totalement débridée. Bravo l'artiste ! Blaise de Chabalier, Le Figaro littéraire. 

Diaboliquement construit suivant le principe des poupées russes, Le Passager se dévore avec un mélange d'effroi et de jubilation.

Grangé explore la frontière ténue qui sépare la raison de la folie. Celle floue entre le bien et le mal. Il nous entraîne vers des abîmes d'autant plus angoissants qu'il les a puisés dans l'ordinaire - à peine exagéré - de la société contemporaine et ses dérives.

Avis : 5/5
Après avoir vu les films inspirés des livres de Grangé, Les rivières pourpres 1 et 2, Miserere, Le concile de pierre et L'empire des loups, il fallait que je me plonge à travers un pavé de cet auteur. Voilà chose faite avec Le passager

J'en retire un sentiment mitigé. Au début, avec une intrigue bien ficelé, on se laisse promener là où l'auteur le souhaite, nous forçant à nous poser mille et une questions. Puis, un élément déclencheur et tout s'enchaine très vite. A travers des personnes loufoques, des écorchés vifs, Grangé nous promène aux portes de la folie.
Malgré la longueur du roman, 700 pages - pas toutes utiles à mon sens -, on s'ennuie rarement. La fin laisse sceptique, à mon goût...

Le journal d'Anne Frank, de A. Frank

Le journal d'Anne Frank, d'Anne Frank (NED), Editions Le Livre de Poche

Synopsis :

Anne Franck reçoit, le 20 juin 1942, un journal pour son anniversaire. Elle y écrit d'abord pour combler sa solitude. 

Ayant entendu à la radio que le gouvernement hollandais prévoyait de réunir à la libération les témoignages, racontant la vie au jour le jour durant la guerre, elle remanie son texte avec l'intention de le faire éditer. 

Son texte reste un document sur les conditions de vie de gens obligés de se cacher pour échapper à la déportation, et la mort.

Avis : 5/5
Bien plus qu'un récit, plus profond qu'une autobiographie, plus intense qu'un roman, Anne Frank réalise ici un récit qui relate l'Histoire du point de vue d'une fillette de treize ans. Caché avec sa famille pour fuir le nazisme, elle écrit pour se passer le temps, s'invente une amie, son journal.
A l'heure où un pourcentage affolant de jeunes n'a jamais entendu le mot "holocauste" et se désintéresse des grandes guerres, il serait d'une utilité publique de mettre ce journal comme lecture en cours d'histoire durant la scolarité.

D'ailleurs, une enseignante l'a fait, et cela a donné un film magique : Ecrire pour exister.

Petit cours d'autodéfense intellectuelle, N. Baillargeon

Petit cours d'autodéfense intellectuelle, de Normand Baillargeon (CAN), Editions Lux, 2006

Synopsis :

Rédigé dans une langue claire et accessible, cet ouvrage, illustré par Charb, constitue une véritable initiation à la pensée critique, plus que jamais indispensable à quiconque veut assurer son autodéfense intellectuelle.
On y trouvera d'abord un large survol des outils fondamentaux que doit maîtriser tout penseur critique : le langage, la logique, la rhétorique, les nombres, les probabilités, la statistique, etc. ; ceux-ci sont ensuite appliqués à la justification des croyances dans trois domaines cruciaux : l'expérience personnelle, la science et les médias.

« Si nous avions un vrai système d'éducation, on y donnerait des cours d'autodéfense intellectuelle. » (Noam Chomsky)

Avis : 5/5
Une véritable bible. Rien de plus. Rien de moins. En posant le livre, on sait que le soir-même, on va dormir, beaucoup, mais alors beaucoup, moins con !
On devrait davantage nous mettre un tel livre en lecture obligatoire à l'école plutôt que du Zola ou Baudelaire. ABE

L'ordre moins le pouvoir, N. Baillargeon

L'ordre moins le pouvoir, de Normand Baillargeon (CAN), Editions Agone, 2011

Synopsis :

Affirmez que vous êtes anarchiste et presque immanquablement on vous assimilera à un nihiliste, à un partisan du chaos voire à un terroriste.
Or, il faut bien le dire : rien n'est plus faux que ce contresens, qui résulte de décennies de confusion savamment entretenue autour de l'idée d'anarchisme. En première approximation, disons que l'anarchisme est une théorie politique au cœur vibrant de laquelle loge l'idée d'anti-autoritarisme, c'est-à-dire le refus conscient et raisonné de toute forme illégitime d'autorité et de pouvoir. Une vieille dame ayant combattu lors de la guerre d'Espagne disait le plus simplement du monde : " Je suis anarchiste : c'est que je n'aime ni recevoir ni donner des ordres."
On le devine, cette idée est impardonnable, cet idéal inadmissible pour tous les pouvoirs. On ne l'a donc ni pardonné ni admis.

Avis : 5/5
Un très bon livre, à mettre entre un maximum de mains.
Il ne s'agit pas là d'un roman, juste d'une réflexion et d'une étude d'un professeur émérite qui analyse et décortique le mouvement de l'anarchie, son histoire, ses idées conductrices. 
On en ressort plus fort, nourri par le grand travail de Normand Baillargeon, celui que j'appelle "le Chomsky canadien".

Avant d'aller dormir, S.J. Watson

Avant d'aller dormir, de S.J. Watson (UK), Editions Sonatine, 2011

Synopsis :

À la suite d’un accident survenu une vingtaine d’années plus tôt, Christine est affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune étudiante célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir à sa grande surprise qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans.

Tous les traitements ayant jusque-là échoué, son dernier espoir réside dans son nouveau neuropsychologue, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime pour l’aider à se remémorer son quotidien et ainsi rassembler peu à peu les fils de son existence.

Quand Christine commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, elle est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent.

Avis : 5/5
Sans hésiter, je lui mets la note maximale !
Pourtant, je n'ai pas pu finir ce livre... car je n'avais plus d'ongle à ronger !
Autant les polars noirs et glauques passent facilement que celui-ci, tant psychologique que ponctué de points d'interrogation, m'a été insoutenable.
Bravo à l'auteur, sacré ouvrage.