L'appel du néant, M. Chattam

L'appel du néant, de Maxime Chattam (FR), Albin Michel, 2017

Synopsis :

Tueur en série...
Traque infernale.
Médecine légale.
Services secrets.
... Terrorisme.
La vistoire du Mal est-elle inéluctable ?

 

Avis : 3/5

Personnages : 3/5
Décors : 3/5
Trame : 3/5
Emotion : 3/5
Globale : 3/5

Quand on attaque un Chattam, on frissonne déjà à l'idée de ce qu'il nous a encore mijoté comme plan diabolique. D'ailleurs, fort souvent, cela fait plusieurs semaines qu'on trépigne avant d'obtenir son prochain bouquin. L'attente en vaut-il à nouveau la peine ?

Presque toujours, oui. Pour L'appel du néant... Non !!! La trilogie se termine sur une érnome déception.

J'ai moyennement apprécié les personnages d'un cliché abracadabrant, que ce soit de leur mentalité à leurs actions d'un prévisible affligeant. Si j'avais adoré l'héroïne dans ses autres volets, ici, j'ai peiné à la trouver...

Roman pouvant être coupé en deux parties : traque d'un SK ; traque du TZ. Alors que Chattam excelle dans ses fils rouges, L'appel du néant s'est perdu dans un dédale. Trop tiré par les cheveux, trop moralisateur (ce qui ralentit considérablement le déroulement), une flic qui ne cesse de taper dans le mille sans forcer sa matière grise.

Est-ce ici que Chattam quitte son côté horreur que j'adorais ? Son réalisme crû n'est-il qu'en vacances ?

En matière de thriller, on est loin, très loin, trop loin de son épique Trilogie du mal, Les arcanes du chaos, La théorie Gaïa ou La promesse des ténèbres