Tu tueras l'Ange, S. Dazieri

Tu tueras l'Ange, de Sandrone Dazieri (IT), Robert Laffont, 2017

Synopsis :

La mort rôde, aussi belle que fatale. Serez-vous sa prochaine victime ?

Lorsque le TGV Milan-Rome arrive à quai, la police fait une macabre découverte : tous les passagers de la classe affaires sont retrouvés morts. Si les premiers indices orientent l'enquête vers un attentat, la commissaire adjointe Colomba Caselli, muscles d'acier et âme fragile, est persuadée du contraire. Pour elle, seul Dante Torre, l'« Homme du silo », est capable d'y voir clair dans ce brouillard de mensonges et de fausses pistes. Très vite, ils découvrent que ce massacre n'est que l'énième épisode d'une longue série de carnages, sur laquelle plane l'ombre d'une mystérieuse figure féminine. Elle ne laisse aucune trace, juste un nom : Giltiné, l'ange lituanien des morts.

Une nouvelle enquête de Colomba Caselli et Dante Torre, après le succès français et international de Tu tueras le père. 

« Dazieri a créé deux des personnages les plus mémorables du monde du polar. » Jonathan Kellerman.
« Avec ses thrillers atypiques et grandioses, Sandrone Dazieri est le nouvel auteur phare d'Italie. » Antoine Mallet, Espace culturel Leclerc, Cleunay. arrêté…

Avis : 4.6/5

Personnages : 5/5
Décors : 5/5
Trame : 4/5
Emotion : 4/5
Globale : 5/5

Dante, "l'Homme du silo" émerveille à nouveau avec son personnage plus qu'attachant, énervant, chétif et auquel on peut s'identifier facilement. Ses ressentis sont décrits de telle manière qu'il me semble aisé de pouvoir me mettre à sa place ; ce que je réalise volontiers ! Bon, il est vrai que Dante vit entre boissons et auto-médication qui jalouserait un pharmacien d'hôpital psy...

Le sytle de Dazieri fait à nouveau merveilles et tout coule de source. Alors, pourquoi ne figure-t-il pas dans les coups de coeurs ? Simplement, parce que la trame, même si elle reste géniale, perd de sa crédibilité devant les libertés prises par certaines personnes (no spoiler) ! De plus, après avoir connu Dante, j'ai été moins touché par ses émotions, je pouvais presque les deviner et le charme a quelque peu baissé. 

Des petits détails donc, surtout du fait que j'ai monté mes exigences au vue de mes prochaines lectures. Dazieri reste une valeur montante, et une valeur sûre.

A noter que pour pleinement apprécier Tu tueras l'Ange, il convient de lire le premier opus, Tu tueras le Père.