Le manuel du serial killer, F. Mars

 

Le manuel du serial killer, de Frédéric Mars (FR), Black Moon, 2013

Synopsis :

Thomas Harris, 21 ans, est étudiant en lettres à Harvard. Grand amateur de littérature policière, il se retrouve momentanément mêlé à une enquête en cours, portant sur une série de meurtres, dont les victimes sont toutes des enfants. C'est aussi à cette période que le jeune homme commence un stage au service des manuscrits d’une maison d'édition spécialisée dans les romans de gare et le thriller. Chargé du tri au service des manuscrits, il y fait la lecture du Manuel du serial killer, soumis de façon totalement anonyme, et qui ne propose rien moins qu’un mode d'emploi détaillé du tueur parfait ! Entre horreur et fascination, Tom choisit de rejeter le texte. Quelle n’est donc pas sa stupéfaction lorsque, quelques semaines plus tard, il découvre ce livre en vitrine de toutes les librairies... et publié sous son propre nom, Thomas Harris ! Commence alors une véritable descente en enfer, à la limite de l'absurde : ce livre dont on lui impute la paternité et dont les réimpressions s'enchainent à un rythme hallucinant, fournit tous les détails des meurtres qui ne cessent d'ensanglanter la région. Et chaque tentative pour prouver à la police, à la justice, mais aussi à ses proches et à lui-même, qu'il est innocent, rapproche Thomas Harris de la cellule où croupit un redoutable prédécesseur, qui avait terrorisé le pays avec des crimes comparables, dix ans plus tôt. Qui est réellement le coupable, qui est l'auteur ? Et qui est Thomas Harris ?

Avis : 2.8/5

Personnages : 4/5
Décors : 4/5
Trame : 2/5
Emotion : 2/5
Globale : 2/5

Découverte de l'auteur Frédéric Mars et de ce roman. Si le synopsis m'a vite mis en appétit, l'ouvrage lui-même a peiné à me convaincre.

Les deux points que j'ai appréciés : des personnages bien rodés, attachants ou repoussants, en bon nombre ; des décors bien décrits, ni trop ni pas assez, la recette parfaite !

Dès le début, on sent que la lecture va nous plonger dans un certaine folie. On parle de syndromes de Korsakof, de Reye. Les homonymes et autres similitudes tendent également dans ce sens et on devine un peu le dessein de l'aventure. J'ai trouvé le rythme très lent, la trame bien trop rocambolesque alors qu'on le pressent très simple ; trop simple. L'émotion n'est pas très présente, car le narrateur lui-même peine à décrire son ressenti.

Le manuel du serial killer n'est pas plus un mauvais livre qu'une grande réussite ; juste moyen.