Le vide, P. Senécal

Le vide, de Patrick Senécal (CAN), Fleuve noir, 2016

Synopsis :

Plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute… dans le vide.

Vivre au max. C’est le nom de l’émission de télé-réalité de Max Lavoie. Le milliardaire a tout quitté, liquidé pour se lancer dans son projet. La première saison a défrayé la chronique, choqué les âmes sensibles et s’est attiré les foudres de la commission de censure. En proposant de réaliser en direct les rêves les plus fous des participants, Max a frappé un grand coup. La saison 2 débute et promet encore plus de sensations fortes à un public ébahi.

Tout semble possible, sans limites. Alors qu’est-ce que les participants vont demander au présentateur philanthrope ? Quel fantasme délirant ? Quel ultime grand frisson ?

Attention mesdames et messieurs, plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute… dans le vide.

Avis : 5/5

Personnages : 5/5
Décors : 5/5
Trame : 5/5
Emotion : 5/5
Globale : 5/5

Attachez bien votre ceinture ! Parce que là, après Hell.com, Patrick Senécal nous offre encore un livre très dérangeant, atroce, d'une violence assumée. Après deux chapitres, il faut déjà faire une pause tant on se sent mal à l'aise devant un tel spectacle.

Dans le même esprit, dans le fond, de "God bless America", on suit divers personnages ; des dépressifs sévères, un milliardaire loufoque ne trouvant sens à sa vie, un flic adorant une émission de téléréalité douteuse, sa fille renfermée à raison, un psychiatre nettement plus fou que ses patients, et j'en passe.

Dans la chronicité des événements, on suit leur lente descente en enfer ; car c'est bien là qu'ils vont se retrouver !

Un roman jouissif au paradigme assumé, une critique de la société actuelle poussée à l'extrême, un vide sidéral et des destins funestes : voilà le rendez-vous que vous propose "Le vide".