Indésirable, Y. Sigurdardottir

Indésirable, de Yrsa Sigurdardottir (ISL), Editions Actes sud, 2016

Synopsis : 
Employé d’un obscur bureau gouvernemental islandais, Óðinn est chargé d’enquêter sur Krókur, un foyer éducatif réservé aux adolescents à problèmes dans les années 1970. L’établissement est fermé depuis longtemps, mais des abus mis au jour dans d’autres centres incitent l’État à passer ces foyers au peigne fin pour éviter tout nouveau scandale. Une chape de silence semble peser sur Krókur, mais peu à peu Óðinn découvre que de sombres secrets entourent les anciens pensionnaires. À l’époque, deux jeunes garçons y avaient mystérieusement trouvé la mort, asphyxiés dans une voiture. Et personne ne sait vraiment ce qui est arrivé au bébé du couple qui gérait le foyer, disparu le jour de sa naissance, et dont le destin macabre semble encore hanter les lieux. À mesure qu’il creuse l’affaire, Óðinn se met à entendre des voix, comme si les fantômes du passé, réveillés contre leur gré, s’insinuaient dans sa propre vie. La bouche d’ombre susurre à son oreille, et lentement tout bascule. Le doute, frère du malaise, rogne peu à peu les fragiles certitudes de son existence : la mort récente de son ex-femme était-elle vraiment un accident ? Et qu’a vraiment vu sa fille de onze ans ce jour-là ?
Jouant habilement des ressorts du surnaturel, Yrsa Sigurðard-ottir, voix singulière de la littérature policière islandaise, signe un thriller spectral et glaçant.

Avis : 5/5

Personnages : 5/5
Décors : 5/5
Trame : 5/5
Emotion : 5/5
Globale : 5/5

Venant d'Islande, je n'avais lu jusqu'ici qu'Arnaldur Indridason qui m'avait laissé avec un avis mitigé. Cela dit, Actes Sud se trompe rarement sur ses auteurs, donc pourquoi ne pas tenter le coup avec cette dame ?

Très bonne idée ! Retenez bien cette auteure : Yrsa Sigurdardottir !!! Certains critiques, voilà quelques mois, ont déclaré que Viveca Sten était capable de faire de l'ombre à Camilla Läckberg. Si j'avais trouvé cette comparaison plus marketing que rationnelle, les raisons ne tiendraient plus avec le roman Indésirable. D'ailleurs, on retrouve la même structure littéraire chez les deux femmes d'Acte Sud.

Premièrement, une description bien détaillée des paysages spéciaux inhérents à l'Islande. Ni trop, ni pas assez ; la proportion est bien dosée. De même pour les maisons et autres bâtiments.

Les personnages sont très attachants ou repoussants, bien distincts et parfois farouches. Chacun a sa part de mystère, assez pour que l'énigme tienne en haleine jusqu'au bout.

La vraie force de ce thriller est là : le fil rouge est tendu telle une toile d'araignée. Des chassés-croisés entre un passé lugubre et un présent tantôt surnaturel, des liens qui se tissent petit à petit et surtout, des fins de chapitre ponctués en forme de cliffhangers qui font d'Indésirable un page-turner.

Le fait que le roman compte 320 pages donne un rythme assez linéaire, juste assez soutenu. Plus d'une personne le lira d'ailleurs en une seule fois.

Yrsa Sigurdardottir compte un nouveau fan, en tout cas !