L'emprise du passé, C. Link

L'emprise du passé, de Charlotte Link (DE), Les Presses de la Cité, 2016

Synopsis : 

2001. Un garçonnet, qui vient de fêter ses cinq ans, essaie son vélo flambant neuf sur une petite route de campagne toujours très tranquille. Tout joyeux, il appuie à fond sur les pédales... 2014. Kate Linville, enquêtrice à Scotland Yard, ne s'est toujours pas remise du meurtre atroce de son père, l'inspecteur Richard Linville, perpétué dans sa maison de Scarborough trois mois plus tôt. L'enquête piétine et Kate décide de prendre cinq semaines de congés pour régler la succession et peut-être trouver le criminel...

Avis : 5/5

Personnages : 5/5
Décors : 5/5
Trame : 5/5
Emotion : 5/5
Globale : 5/5


Charlotte Link m'avait un peu laissé de marbre avec La vallée du renard. C'est donc avec un a priori négatif que j'ai attaqué la lecture de ce roman notifié comme thriller.

Autant dire que ce livre-là m'a énormément plu ! La qualité de tous les points semblent pointer vers leur maximum. Nous avons des personnages très attachants, bien distincts, qu'on aime suivre avec la volonté de savoir ce que l'auteure leur a réservé. S'ils sont assez nombreux, rien ne dérange. Il n'y a ni trop ni pas assez de dialogues, les échanges sont bien variés avec une narration classique.

Cette petite pépite recèle bien des richesses au niveau émotionnel. Deux enquêtes en parallèle, couplées à un premier chapitre qu'on cherche à attacher à l'une des histoires, et voilà une belle pelote de laine bourrée de noeuds qu'il faut savoir défaire. La construction du texte est riche de par sa structure, un excellent thriller dont on ne peut pas sortir totalement indemne.