Temps glaciaires, F. Vargas

Temps glaciaires, de Fred Vargas (FR), Editions Flammarion, 2015

Synopsis : 

"Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur la table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment.
– La femme du 33 bis? demanda t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin? D’après les rapports internes il s’agit d’un suicide avéré. Tu as des doutes?
Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur, grand fumeur, grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à 100 ans. 
– Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait les tiques? "

Avis : 3.4/5


Personnages : 3/5
Décors : 3/5
Trame : 4/5
Emotion : 4/5
Globale : 3/5


Après avoir tourné mainte fois autour de ses romans, j'ai pris le taureau par le cornes en me munissant du dernier pavé de Fred Vargas. Et je dois dire que ce roman m'a plu, oui, mais...

Si certains personnages m'ont franchement agacé, soit par leur manière d'être, soit par leur silence inutile dans les mauvais moment, d'autres m'ont accroché. 
Autre point délicat, l'intrigue. Y'en a-t-il une ? Deux ? Si oui, sont-elle liées ? Comment ? On se fait ainsi facilement balader, je me suis comparé à une balle dans un flipper, secoué dans tous les sens, allant parfois droit devant la logique donnée. Mais à trop alambiquer, l'auteure m'a perdu. Surtout lorsqu'au terme du livre, on fait un retour en arrière total et qu'on se dit : tout ça, pour ça ? Elle m'a promené à travers toutes ces pages alors qu'il ne s'agissait qu'un rasoir d'Ockham ?

Temps glaciaires est bien emmené, parfois trop détaillé d'un point de vue historique, avec des dialogues sautant à quelques reprises du coq à l'âne en passant par le veau et le koala. Il n'aurait pas fallu beaucoup pour totalement m'amadouer ! Peut-être que cela sera le cas pour vous et je vous le souhaite.