Black out, M. Elsberg

Black out, de Marc Elsberg (AUT), Editions Piranha, 2015

Synopsis :
Et si le monde que nous connaissons, dépendant de l’électricité, était sur le point de disparaître ? Thriller européen brillamment mené, Black-out plonge le lecteur dans une réalité qui pourrait être demain la nôtre.

Par une froide soirée d’hiver, les lumières de Milan s’éteignent. Puis c’est au tour de la Suède, de l’Allemagne, de la France… : partout en Europe, le réseau électrique est en train de lâcher. Manzano, ex-hacker italien, croit savoir qui est responsable et cherche désespérément à en informer les autorités. Un flic français d’Europol, Bollard, se décide enfin à l’écouter, mais piégé par des d’e-mails compromettants, Manzano devient le suspect n° 1. Face à un adversaire aussi rusé qu’invisible, alors que l’Europe s’enfonce dans l’obscurité et que plusieurs centrales nucléaires menacent la vie de millions d’êtres humains, commence pour Manzano une véritable course contre la montre.

Avis : 2/5

Personnages : 2/5
Décors : 2/5
Trame : 3/5
Emotion : 2/5
Globale : 2/5

Que de déceptions !!! L'agent marketing m'a bien eu sur ce coup-là.

Par où commencer ? Allez, direction les personnages. Dès le départ, il y en a énormément, même trop. Une avalanche de renseignements divers et variés depuis laquelle je n'ai pas réussi à me visualiser un seul individu. On se doute bien qu'il s'agit d'une toile et qu'ils finiront pas se rencontrer, mais les sous-chapitres sont si nombreux, les lieux divergent à une vitesse folle et, de ce fait, j'ai traîné ce bouquin comme un boulet bien des jours. 

La trame est moyenne et on la connait dès le départ. Rien de bien affolant, pas de quoi se relever la nuit. J'avais l'impression de passer mon temps avec des membres du parti Les Verts et du Parti Pirate, le tout sous des latitudes WWF et Greenpeace. Oui, le sujet reste très intéressant... mais pas dans ce contexte, pas pour un soi-disant Thriller !!!

Du coup, sans rythme, sans réel intérêt, je me suis ennuyé à mourir et il m'aura fallu 14 jours pour arriver au bout de ce scénario catastrophe dont on suit chaque moindre détail. 

Un livre que je ne conseillerai donc pas, sauf pour les gens concernés par un éventuel Black-Out ;-)