Et tu embrasseras mes larmes, F. Hana

Et tu embrasseras mes larmes, de Fleur Hana (FR), Harlequin, 2018

Synopsis :

Il va lui apprendre à pleurer.
Elle va lui apprendre à aimer.

Depuis le drame qui a bouleversé sa vie quelques semaines plus tôt, Angie est perdue. Elle en est convaincue, son cœur est détraqué : elle réagit au quart de tour pour des broutilles, mais est incapable de verser les larmes qui la rongent de l’intérieur.

Depuis qu’il a compris qu’aimer quelqu’un, c’est prendre le risque de souffrir, Valentin a décidé de verrouiller ses sentiments. Les potes, il les garde à distance ; les filles, il les consomme à la chaîne, sans jamais s’attacher. Parce que c’est bien plus simple de ne rien ressentir.

Lorsque Angie et Valentin se croisent ce soir-là, chacun reconnaît sa propre douleur dans le regard de l’autre. Et si, en dépit des apparences, ils étaient très exactement ce dont ils ont besoin ?

Avis : 4.2/5

Personnages : 4/5
Décors : 4/5
Trame : 4/5
Emotion : 5/5
Globale : 4/5

Après avoir été ébloui par On comptera les étoiles rédigé en 2019, j’ai tenté un autre roman de Fleur Hana. Y ai-je retrouvé tant la qualité que la passion ? Pas tout à fait. Si Et tu embrasseras mes larmes (2018) reste un bon roman, il ne m’a pas scotché comme son dernier opus. Voyons plus loin.

J’ai apprécié, sans plus, le personnage d’Angélique. Malgré ce qu’elle traverse, j’ai trouvé qu’elle soufflait souvent le chaud et le froid, surtout dans sa relation avec Valentin. Pour ce dernier, je sortirait ce même point faible. Les deux amis d’Angélique apportent un peu de couleur. Anita tombe amoureuse trop vite et s’accrocherait aisément au premier venu et Joss, le coach sportif, joue au protecteur maladif avec Angélique. Le personnage que je retiens le plus et que j’aurais aimé davantage voir, c’est Jonas, le père de Valentin. Ce père de famille, c’est celui que tout le monde aimerait avoir ! 

Les décors sont souvent les mêmes, et c’est normal. Je trouve les lieux bien décrits, apaisants parfois. 

La trame du roman est toute tracée dès le synopsis. Pourtant, pour arriver du point A au point B, il faut que nos personnages traversent bien des épreuves. Ici, nul besoin de rebondissements mirobolants, non, il suffit de suivre les dialogues, les silences et les attitudes. Les chapitres étant assez courts, on ne s’ennuie pas. Je retiens également cette narration à deux voix qui offrent encore ces différents angles de vue. 

C’est bien du côté des émotions que ce roman marque le plus. Oui, oui, on y parle d’amour ! Mais également d’amitiés fortes, de deuil, de relation parent-enfant, de la confiance en soi, de l’acceptation, du lâcher prise. Et de sexe aussi, au détour de quelques pages…  

J’ai donc préféré le dernier roman de Fleur Hana à celui-ci, mais si je les avais lus par ordre de publication, j’y aurais décelé une montée en puissance de son style, une amélioration de sa maitrise littéraire. Et tu embrasseras mes larmes n’est pas un coup de coeur, mais un roman young adult très sympathique à découvrir.