Message personnel, A. Dahl

 

Message personnel, d’Arne Dahl (SW), Editions Actes Sud, 2014

Synopsis :
Dommage collatéral de la technologie et des nouveaux moyens de communication, le monde globalisé est devenu un immense terrain de jeu pour la criminalité organisée. Dans le plus grand secret, une unité opérationnelle a été créée au sein d’Europol, à La Haye, pour tenter d’y faire face. Au menu : stratégie de l’ombre et collaboration transfrontalière. Son nom : Opcop. L’ambition de ses onze membres : poser les bases d’un FBI européen.
Juste avant de mourir, un homme glisse un message à l’oreille de l’un des représentants suédois du groupe, lors d’un sommet du G20 à Londres. Un message mystérieux proféré dans une langue inconnue. Peu après, le corps d’une jeune femme est retrouvé étrangement mis en scène dans un parc londonien. À l’intérieur du cadavre, on découvre un message cryptique directement adressé à l’unité Opcop. Problème : personne n’est censé connaître son existence… C’est le début d’une enquête déroutante qui jettera les membres du groupe aux quatre coins du monde dans un labyrinthe fatal.
Avec Message personnel, Arne Dahl, qui s’est vu décerner un prix spécial par la Swedish Academy of Crime Writers pour avoir “renouvelé le genre du polar”, déroule le fil d’Ariane d’une série des plus prometteuses. 

Avis : 4/5
Oh comme ce livre m’intéressait au plus haut point ; un auteur du Grand Nord chez Actes Sud, cela ne se loupe pas !
J’ai moyennement apprécié le début. Le premier chapitre avec ses nombreuses pages de descriptions et trois lignes de dialogues m’a de suite mis dans un mauvais rythme. J’ai trouvé le style étrange et priait pour que la suite soit meilleure.
Hé oui !!! Ouf !!! Beau roman avec de nombreuses histoires qui se croisent et se recroisent alors que rien ne semblait en commun. Un thriller haletant où chaque pièce amène à un labyrinthe tortueux. Entrecoupé par des répliques cinglantes et drôles, je me suis laissé emporter jusqu’à la fin du crescendo, une fin très étrange, par ailleurs et presque décevante.
Alors, pourquoi ne pas le mettre dans les Coups de coeur ? Pour deux raisons. Déjà, les personnages. Si au début j’ai peiné à m’imaginer chacun d’eux – et ils sont nombreux -, je n’en ai pas vraiment trouvé un très attachant, ou un autre plus intéressant. Second point, quelques notes lentes à mourir qui n’ont que réussi à ralentir cette course folle à travers le monde.
Message personnel est l’OpCop1 d’Arne Dahl. Vu la qualité d’autres auteurs que je suis très activement, il n’est pas sûr que je me procure un OpCop2. A voir selon le futur synopsis.