Les cruelles étoiles de la nuit, K. Eriksson

Les cruelles étoiles de la nuit, de Kjell Eriksson (SW), Editions Gaïa, 2012

Synopsis :

Uppsala, automne 2004. Laura vient signaler la disparition de son père. Veuf, universitaire à la retraite spécialiste de Pétrarque, Ulrik était un véritable tyran domestique. Après une enfance douloureuse et solitaire, est-ce l’heure de ta libération qui sonne pour Laura, à 35 ans ? Dans un village voisin, un ancien agriculteur est retrouvé mort. Il a laissé une lettre d’adieu. Un suicide ? Ce n’est généralement pas le terme employé pour une mort causée par un violent coup porté à la tête… Pour Ann Lindell, les mois et les années passent, Erik grandit. Un jeune collègue fraîchement débarqué à la Scientifique la drague gentiment, mais c’est Edvard qui continue de lui manquer. À sillonner les cours de ferme et les chemins parés de couleur or, on pourrait croire l’automne paisible. Pourtant, dans la campagne suédoise, il n’y a pas que les feuilles mortes qui se ramassent à la pelle.

Avis : 1/5
Pour la première fois, je n’ai pas terminé un roman venant directement de la maison-mère des polars, la Suède. 
Aucun rythme, les personnages sont détestables, lire les descriptions m’agaçait… Je n’ai malheureusement rien trouvé de bien en le fermant au milieu. Etais-je dans un mauvais jour ? Ou alors, Kjell Eriksson et moi ne sommes-nous pas compatibles ?